Barbara Weldens

Pour écrire une chanson, il est important d’analyser ce qui se fait déjà. Avant de passer à l’analyse de texte, je dois vous présenter Barbara Weldens. Barbara Weldens était une chanteuse de grand talent dôtée d’une présence scénique absolument incroyable. Oui, j’ai bien dit « était », Barbara Weldens est malheureusement décédée sur scène en juillet 2017 :(.

Cette analyse est donc avant tout un hommage à l’oeuvre de Barbara Weldens. Cette femme avait tout pour devenir la nouvelle Barbara/Brel et elle laissera un grand vide dans le paysage de la chanson française.

Ps : cete analyse de texte est personnelle. Vous pouvez avoir une interprétation différente que la mienne ,alors, n’hésitez pas à l’exprimer dans les commentaires 😉

Partie 1

Je ne veux pas de ton amour
Va voir ailleurs
Je ne veux pas me rapprocher
Pour mieux entendre battre ton coeur
Recrache le miel sur ta voix
Enlève ces étoiles dans tes yeux
Remballe tes fleurs écoute moi
Il n’y a pas d’amour heureux

Je ne veux pas de ton amour
Vas voir ailleurs
Je ne veux pas être le geôlier
De ta belle prison dorée
Garde les clefs ou bien jette les
Mais retiens toi de les confier
Tu pourrai bien regretté
L’usage qu’il en serait fait

La forme

RIMES et métrique
La structure des rimes et de la métrique n’est pas fixe au fil de la chanson. Nous y reviendrons plus tard 😉
Point de vue
On a ici affaire à une chanson déclaration. Barbara Weldens avoue à la personne qu’elle aime qu’elle ne veut pas de son amour.

Elle s’adresse à lui directement (tu) nous positionnant ainsi dans un rôle de simple spectateur de la déclaration.

Cela renforce le sentiment de proximité entre elle et lui (elle peut-être ? :D).

Humeur
L’interprète chante cette chanson avec une humeur, tout d’abord résignée, puis de plus en plus rageuse au fil de la chanson.

Bien plus qu’une déclaration, la chanson se fini en véritable cri d’amour pour son être cher.

Registre de langue
Dans cette chanson Barbara Weldens oscille entre un registre de langue courant et soutenu.

Elle peut ainsi utiliser ces contrastes de language dans la chanson pour offrir des instants plus littéraire (« Je ne veux pas que le tourment / De leurs départs nous engouffre ») et d’autres qui sortent plus des tripes (« Pour faire de ma chienne de vie / Une suintante symphonie « ) !

Le leitmotiv

Ces deux premières strophes ont une fonction très claire : exposer le thème de la chanson.

Il sera donc ici question du refus de Barbara Weldens de l’amour que lui porte une personne.

On pourrait penser qu’il s’agit d’une chanson pour que cette personne arrête d’insister. Il n’en est rien.

On se rend en effet compte au fur et à mesure de la chanson, en lisant entre les lignes, qu’il s’agit d’une véritable déclaration d’amour que formule Barbara Weldens.

La force de la chanson réside ici, Barbara Weldens aime tellement cette personne qu’elle a en fait peur de vivre avec elle les tourments classiques d’un amour. Elle refuse ainsi cette forme d’amour qu’elle croit vouée à l’échec et préfère se détacher de cet être pour ne pas souffrir et/ou le faire souffrir.

Partie 2 : non à la vie de couple

(1) Je ne veux pas que l’on pourrisse
Dans un salon
À se parler comme des somnambules
Devant la télévision
Je ne veux pas que tu me vois
Sans m’admirer
Je ne veux pas par habitude
T’effleurer sans te désirer

Métrique : 8 – 4 – 9 – 7 – 8 – 4 – 8 – 8

Je ne veux pas voir dans tes yeux
Les rêves s’éteindre au fil du temps
Ce temps qui ronge tout peu à peu
Qui ne nous laissera que les ans
Et puis l’amour au nom duquel
Nous nous serons couper les ailes

Métrique : 8 – 8 – 8 – 8 – 8 – 8

(2) Je ne veux pas te répéter
jour après jour
Qu’il faut que t’arrête de fumer
Jusqu’à ce qu’un jour
Au fond de tes moments le diable
Sous un accoutrement de crabe
À sa sournoise façon me donne finalement raison

Métrique : 8 – 4 – 8 – 4 – 8 – 8 – 8 – 6

(3) Je ne veux pas que tu t’étrangle
De tristesse
Quand tu me diras
Que tu as pris une maîtresse
Je ne veux pas t’avouer un soir
Alors que je rentre un peu tard
Que j’aime un autre homme que toi
Et que ça se termine comme ça

Métrique :  8 – 3 – 5 – 7 – 9 – 8 – 8 – 8

(4) Je ne veux pas de ton amour
Va voir ailleurs
Je ne veux pas de nos enfants
Il y’a assez de gens qui souffre
Je ne veux pas que le tourment
De leurs départs nous engouffre
À tout jamais dans la torpeur
De la solitude à plusieurs

Métrique : 8 – 4 – 8 – 8 – 8 – 8 – 8 – 8

Une partie sous forme de liste

Alors que la première partie de la chanson exposait le leitmotiv de la chanson, cette partie prend la forme de chanson-inventaire.

Barbara Weldens décrit ainsi les différents aspects peu enviables de la vie de couple :

  • (1) La monotomie de la vie de couple
  • (2) Le décès du partenaire
  • (3) L’infidélité
  • (4) Le départ des enfants

Partir sur cette liste est très intéressant car cela permet de « relancer » la chanson. Si Barbara Weldens avait paraphrasé son leitmotiv pendant 3 minutes, les paroles auraient été très vite monotones ;).

Une chanson sans refrain : utilisation du liseré

Tu l’as certainement remarqué, il n’y a pas de refrain dans cette chanson ! Barbara Weldens utilise donc un technique très courante en chanson : la technique du liseré !

L’auteur utilise un liseré à chaque début de strophe. Il existe sous 2 versions dans cette chanson :

  1. Je ne veux pas de ton amour
  2. Je ne veux pas… 

Ces liserés sont très importants car ils décrivent le leitmotiv de la chanson et surtout ils permettent au texte d’avoir un point d’ancrage autour duquel il va s’articuler. Enfin c’est un repère essentiel pour l’auditeur, sans ces liserés, il n’y aurait pas d’éléments identifiables dans la chanson et il serait perdu. Le liseré est un peu comme les marques laissés sur les arbres pour baliser le parcours d’une randonnée. Ils permettent de recentrer l’attention sur le propos de la chanson 😉

Métrique et rimes irrégulières

On se rend compte que Barbara Weldens n’utilise pas de système de métrique ou de rimes très réguliers. C’est très certainement volontaire. La chanson étant monotone musicalement parlant, elle a très certainement voulu casser cette monotomie au travers d’un texte polymorphe. Ne pas avoir une contrainte stricte de forme lui permet aussi d’exprimer ses idées plus facilement.

Toutefois, il faut contraster le propos. Barbara Weldens ne fait pas non plus n’importe quoi et même si elle se permet des petits écarts de métriques et de rimes, elle prend soin d’avoir une structure qui reste tout de même cohérente.

Partie 3 : Le climax

Je ne veux pas que tu m’aimes
Je n’ai pas besoin que l’on m’aime
Je t’aime assez pour que toute
L’humanité se passe d’aimer
(1) Pour faire de ma chienne de vie
Une suintante symphonie

Je ne veux pas de ton amour
Il me fait mal
Puisque tu m’aimes fais moi plaisir
Fais-toi la malle
Va t-en regagner tes chemins
De libertin et oublie moi
(2) Comme on oublie de faire une caresse
A son chien

Je ne veux pas de ton amour
Je t’aime aussi
Et c’est pour ça que je refuse
De faire de toi l’homme de ma vie
(3) Tu n’es l’homme de personne
Je te veux libre pour toujours
Je ne veux pas je ne veux pas de ton amour

Qu’est-ce qu’un climax ?

Un climax, c’est le point culminant d’une chanson. Le moment où l’agitation musicale est à son paroxysme.

La chanson est ici composée de cette manière :

Partie 1 : Découverte du leitmotiv
Partie 2 : Développement du leitmotiv (non à la vie de couple)
Partie 3 : Climax : leitmotiv exprimé de façon puissante

Dans cette 3ème partie tous les moyens sont ainsi mis en oeuvre pour faire monter l’intensité de la chanson et finir en puissance :

Les paroles : de plus en plus percutantes (1), (2) et (3)
La musique : de plus en plus agitée avec deux changements de tonalité successifs
L’interprétation : de plus en plus rageuse avec de plus en plus d’intensité

Faire vivre une chanson sans refrain

Plus globalement, cette chanson de Barbara Weldens est un excellent exemple de chanson sans refrain et de la manière de les faire vivre.

En effet, cette chanson n’est pas composée de plusieurs parties (couplet / refrain / pont …). Le risque est donc de créer une chanson, plate, sans relief, avec un seul élement mélodique/rythmique identifiable et donc ennuyante. Ici Barbara Weldens arrive, avec l’aide de ses musiciennes, à faire vivre cette chanson. Elles utilisent plusieurs astuces :

  • Utilisation d’une grande variété d’arrangement musicaux
  • Intensité non-linéaire au fil de la chanson
  • Décomposer la chanson en plusieurs parties (au niveau des paroles notamment)
  • Création d’un climax en regroupant les arrangements et les paroles les plus percutantes en fin de chanson
  • Métriques et rimes irrégulières pour apporter de la variété
  • Changements de tonalité

Voici un résumé visuel de ce qui se passe pendant cette chanson :

(cliquer sur l’image pour l’afficher en grand format)

On se rend compte qu’à presque chaque nouvelle strophe, il y a un changement dans l’arrangement ou dans l’intensité de la chanson. C’est primordial pour que l’auditeur ne s’ennuie pas sur ce type de chanson ! 😀

Article similaire

Volo – C’est pas tout ça

Pour conclure

Ca y est l’analyse de texte est finie. Bien évidemment il pourrait y avoir encore beaucoup à dire sur cette chanson mais je me suis concentré sur les points qui me semblent les plus importants. J’espère qu’elle t’auras plu et que tu as pris du plaisir à la lire. N’hésites pas à apporter ton grain de sel en commentaire si tu as d’autres remarques ;).